Comment lutter contre la chute de cheveux ?



Les cheveux tombent et repoussent de manière cyclique, considérant également que l’homme et la femme ont un cycle capillaire différent, lorsque vous vous retrouvez avec quelques cheveux sur la brosse ou le peigne, il s’agit presque toujours d’une chute physiologique.

En automne, il est normal de constater une augmentation du phénomène, qui peut être due à plusieurs raisons : un changement du rythme clair-obscur qui pourrait modifier les niveaux d’hormones impliquées dans le métabolisme des follicules pileux, le changement soudain de température et enfin et surtout, toute une série de stress psychophysique lié au retour des vacances. La chute des cheveux en automne peut donc être considérée comme physiologique, alors voici quand il faut commencer à intervenir, si le phénomène n’est pas naturel et quels sont les meilleurs remèdes.

Comment se fabrique un cheveu ?

Pour étudier les remèdes contre la chute des cheveux, il est important de comprendre les causes et, même avant, la structure du cheveu lui-même.

Le cheveu se compose de deux parties : la racine et la tige pilaire.

La racine est insérée dans le follicule pileux de la peau et représente la partie vivante du cheveu qui se termine par le bulbe, une partie légèrement gonflée, qui produit les cellules qui le composent, grâce à sa papille dermique vascularisée.

En vieillissant, les cellules vont former la tige, la partie externe visible par nous, qui à son tour est constituée de la cuticule, l’ensemble des petites écailles de kératine en couches superposées qui peuvent être de 6 à 10, selon l’épaisseur du cheveu.

À l’intérieur de la racine, il y a aussi la glande qui produit le sébum et qui aboutit dans le follicule pileux : une substance essentielle qui empêche les écailles de kératine de s’ouvrir, protégeant ainsi le cheveu. Enfin, les cheveux peuvent être plus ou moins foncés selon la quantité de mélanine contenue dans la zone corticale.

Le cycle du cheveu

Un trichogramme vous permettra sûrement de comprendre si vous êtes confronté à une perte de cheveux physiologique ou pathologique. L’examen des cheveux, en effet, donne toutes les informations utiles sur le type de perte de cheveux et sa régularité.

Un poil pousse en moyenne d’environ 1 cm par mois, et « vit » de 2 à 6 ans. Tous les mammifères subissent des mues périodiques, mais heureusement l’homme a un cheveu soumis à des changements asynchrones, c’est-à-dire que chaque cheveu suit son propre cycle, indépendamment des autres. Cycle qui se divise en trois phases distinctes.

Le télogène : 10-20 % 

L’anagène : 80 % du temps de vie d’un cheveu

La catagène 1 %, qui est celle de la chute du cheveu.

La phase anagène à son tour se divise en 6 sous-phases : la période de la sous-phase I à V est assez courte et représente la phase proliférative, tandis que la phase VI est plus durable et est celle de la différenciation.

Dans la phase catagène, le follicule commence à diminuer et à arrêter son activité mitotique ; dans la phase télogène, le sac folliculaire, qui contient le bulbe pileux, retourne vers l’épiderme et une fois à l’extérieur, il quittera le siège folliculaire, où il commencera une nouvelle phase anagène, pour accueillir le nouveau cheveu.

Perte de cheveux : causes et remèdes

Environ 80 % des hommes sont sujets à la perte de cheveux, alors que pour les femmes, ce chiffre est de 50 %. La sonnette d’alarme doit se déclencher lorsque plus de 100 cheveux sont perdus par jour. Ce chiffre signifie que trop de cheveux entrent en même temps dans la phase télogène, alors qu’en même temps le derme de la papille n’en forme pas de nouveau et que le bulbe pileux n’est pas actif. Pour arrêter la chute, il faut donc comprendre la cause de ce déséquilibre.

Comment prévenir la chute des cheveux ? 

Le meilleur remède est la prévention. Pour conserver des cheveux sains, il est important de suivre quelques bonnes habitudes telles.

– Compléments contre la chute des cheveux chez les femmes : les femmes peuvent rencontrer des problèmes de chute temporaire des cheveux en raison de facteurs tels que le stress, la fatigue, le changement de saison ou même les changements hormonaux. Dans ces cas, vous pouvez recourir à la prise de compléments qui aident à réintroduire des vitamines ou des substances telles que le fer, ou même le massage du cuir chevelu. L’application d’ampoules antichute peut également contribuer à rendre les cheveux plus forts et plus résistants. Une application avec un massage stimulant peut également réactiver la microcirculation et stimuler la repousse.

– Médicaments naturels contre la chute des cheveux : si vous n’êtes pas confronté à une pathologie particulière, il existe d’excellents remèdes naturels tels que les décoctions d’orties (efficaces en cas de séborrhée), la sauge, le romarin, la menthe et le thé vert. Les masques à base de pulpe d’avocat, d’huile d’amande douce, d’huile d’olive et d’huile de germe de blé semblent également très efficaces (en faisant très attention en cas de cheveux gras). En Orient, un ancien rituel de beauté des cheveux est représenté par le masque au henné, un emballage fait avec la poudre obtenue à partir des feuilles et des branches séchées et moulues de la plante.

– À éviter : laver les cheveux avec de l’eau trop chaude, les attacher avec des coiffures trop étroites, les sécher avec un sèche-cheveux trop chaud ou avec un fer.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !