Sur la plage, vous êtes plutôt fouta ou serviette ?

Accessoire de mode d’origine indienne, la foutah, qui s’orthographie aussi sans h, désignait un bout de tissu. Depuis, l’utilisation de cette étoffe colorée s’est répandue dans les hammams et les bains en Afrique du nord jusqu’à s’allonger sur les plages du monde entier à côté des serviettes.

Utilisée aussi bien par la femme que par l’homme en tant que drap de bain au hammam pour se couvrir le corps, à l’origine, la fouta est fabriquée de façon artisanale avec un métier à tisser. A base de coton, pièce de tissu est illustrée de motifs colorés sans oublier ses traditionnelles rayures en haut et en bas. Elle mesure le plus souvent 1 mètre de large par 2 de long sauf en cas de demande de taille à des mesures spécifiques.  Ses extrémités sont terminées par des franges tressées à la main par des femmes artisans.

Un accessoire de mode facile d’emploi

Fine, légère, absorbante et qui sèche rapidement, la fouta est devenue depuis une dizaine d’années un accessoire de plage facile et peu encombrant à glisser dans un sac tout en ayant des dimensions aussi grandes qu’une serviette éponge.
En outre, grâce à son tissage à plat, elle présente l’avantage de ne pas conserver les grains de sable dans ses petites boucles comme une serviette de plage !

De serviette à accessoire de mode : une utilisation qui a évolué !

Serviette traditionnelle du hammam en Afrique du nord, la fouta se retrouve aujourd’hui en bonne position sur les plages et à la piscine. Elle peut aussi se transformer et devenir un paréo notamment au retour de la plage quand on n’a pas envie de se changer. L’existence d’un format XXL permet de s’y étendre en famille, en couple ou entre ami.e.s.

Quelles différences entre une fouta et une serviette de plage ?

A taille équivalente, le poids et l’encombrement ne sont pas du tout les mêmes : l’une se plie ou se roule finement, l’autre moins ! Par ailleurs, la qualité de l’essuyage de la peau est aussi différente : souvent une serviette en éponge est douce et confortable mais n’essuie pas forcément bien la peau, là où la qualité du tissage serré d’une fouta absorbe facilement l’eau sur la peau.

Un accessoire aux multiples emplois

Au-delà du temps des vacances, la différence entre une drap de bain pour la plage et une fouta peut toujours persister. En effet, produit de voyage qui prend peu de place, cette étoffe est également très pratique y compris hors saison : à l’instar d’un Barbapapa, elle peut se transformer à volonté en un jeté de canapé ou de fauteuil, en une nappe pour une table de jardin ou d’intérieur, en du linge de toilette, en une couverture telle un plaid quand la fraîcheur estivale se fait sentir dans la soirée, etc.

Malgré tout ce qui les différencie, serviette et fouta peuvent tout à fait cohabiter dans une armoire ou dans une valise selon les usages que l’on souhaite en faire ! Un enfant préférera peut-être la douceur d’une serviette de plage là où ses parents apprécieront le côté couteau suisse d’une fouta aux emplois variés !

Anne Vaneson-Bigorgne

 

https://inoui-editions.com/fr-fr/

Plan du site