D’où vient l’infection des voies urinaires ?



50 % des femmes vivent au moins une fois dans leur vie la désagréable expérience de l’infection urinaire. Mais les hommes, et même les enfants, ne sont pas à l’abri d’une infection urinaire gênante, également connue sous le nom de cystite ou de refroidissement de la vessie.

Que se passe-t-il en cas d’infection urinaire ?

Une infection urinaire est en fait une inflammation bactérienne de l’urothélium, la membrane muqueuse qui tapisse les voies urinaires. Elles s’étendent du bassin rénal à l’urètre en passant par la vessie, qui à son tour mène à l’extérieur du corps en passant par le vagin ou le pénis. Si des bactéries, des virus ou des protozoaires pénètrent dans la vessie par l’urètre, le corps se défend contre les intrus – une infection des voies urinaires se produit.

La plupart du temps, les voies urinaires inférieures sont touchées et les symptômes de la cystite ne tardent pas à apparaître. On distingue l’inflammation de l’urètre (urétrite) et de la vessie (cystite). Moins fréquemment, les micro-organismes provenant des reins – ou, chez les hommes, de la prostate – atteignent la vessie. Il peut en résulter une maladie bactérienne des voies urinaires supérieures, telle qu’une inflammation du bassinet du rein. Dans tous les cas, la probabilité d’une inflammation de la vessie est plus élevée si un trouble (hypertrophie de la prostate, rétrécissement de l’urètre ou calculs vésicaux) est déjà présent.

Infection urinaire chez les femmes et les hommes

L’anatomie féminine est la raison pour laquelle la cystite tend à être connue comme “la souffrance des femmes”. La femme a un urètre beaucoup plus court mais plus large. Cela signifie que les bactéries peuvent pénétrer plus rapidement de la région génitale à la vessie. En outre, le niveau d’œstrogènes a une influence sur l’environnement vaginal et la vessie. Les changements hormonaux pendant et après la ménopause, en particulier, font que de nombreuses femmes souffrent davantage d’infections urinaires pendant cette période. Ce n’est pas l’hygiène qui provoque ces infection contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent. Il est cependant recommandé d’utiliser un gel douche intime pour préserver votre intimité et votre confort.

Cependant, le risque d’infection urinaire augmente avec l’âge, non seulement chez les femmes, mais aussi chez les hommes. Leur prostate s’élargit à partir de 60 ans, et leur vessie peut donc se vider plus difficilement. L’urine résiduelle qui y reste favorise le développement d’une inflammation. Les personnes qui souffrent de diabète sont aussi particulièrement souvent touchées par la cystite. Cependant, pour les deux sexes, le risque de développer une infection de la vessie est particulièrement élevé après un rapport sexuel. Des études ont montré que dans les 48 premières heures suivant un rapport sexuel, le risque est 60 fois plus élevé.

Interpréter correctement les symptômes d’une infection urinaire

Les symptômes d’une infection urinaire sont similaires à ceux d’une vessie irritable : on souffre d’une envie constante d’uriner alors que seules de petites quantités d’urine sont finalement évacuées. La miction peut également être douloureuse et brûlante. Dans les cas graves, du sang peut également être trouvé dans les urines. Parfois, des gouttes d’urine sont libérées involontairement. Le fait qu’une fièvre apparaisse dans le cas d’une infection de la vessie, en revanche, est assez rare et est généralement le signe d’une maladie rénale ou prostatique plus grave. Un diagnostic clair ne peut être établi par le médecin qu’en examinant les urines ou en effectuant une cystoscopie.

Infection urinaire, cystite ou cystite – que faire ?

Si l’infection urinaire est reconnue sans aucun doute, il s’agit dans la plupart des cas d’une inflammation non compliquée qui peut être traitée rapidement et qui guérit sans conséquences. Il est donc important de rincer les voies urinaires et de boire beaucoup d’eau et de thé. Les aliments fortement sucrés doivent être évités jusqu’à ce que le processus de guérison soit terminé, car ils servent de nourriture aux germes pathogènes. Cela soutient également le système immunitaire et aide le refroidissement de la vessie à s’atténuer plus rapidement. En plus de s’abstenir de certains aliments, il est préférable de rester au lit, de garder l’abdomen chaud et de porter une attention particulière à l’hygiène intime.

Afin d’éliminer le plus rapidement possible les bactéries responsables de l’infection urinaire, les médecins prescrivent souvent des antibiotiques en plus des fameux “remèdes maison”. Dans la plupart des cas, une infection de la vessie se résorbe à nouveau en très peu de temps. Cependant, on observe une certaine tendance à la récurrence : des études montrent que 50 % des personnes concernées sont victimes d’une nouvelle infection urinaire dans l’année qui suit.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !