Comment la méditation peut-elle modifier la structure du cerveau ?



Comment la méditation peut-elle changer la structure du cerveau ? Les techniques de pleine conscience peuvent littéralement transformer le cerveau. Les neuroscientifiques ont pu démontrer, entre autres, que les techniques d’IRM permettent d’obtenir des cortex plus épais dans d’importantes zones du cerveau après seulement une courte période de pratique.

Les personnes qui méditent régulièrement souffrent moins

Aux Etats-Unis, l”Université de Harvard, étudie depuis des années comment la méditation et le yoga affectent diverses fonctions cognitives et comportementales. Ses conclusions suggèrent que la méditation induit des changements structurels du cerveau basés sur l’expérience et peut également ralentir l’atrophie liée à l’âge dans certaines zones du cerveau. Ses recherches ont également trouvé une multitude de preuves que la méditation réduit le stress, la dépression, l’anxiété et la douleur et améliore la qualité de vie.

Dans une petite étude, les IRM de personnes ayant de nombreuses années d’expérience de la méditation ont été comparées à celles de témoins appariés. La pratique de la méditation semblait favoriser la plasticité neuronale dans les domaines du traitement sensoriel, cognitif et émotionnel : des épaisseurs de cortex plus élevées ont été mesurées dans ces domaines que chez les sujets (y compris le cortex préfrontal et le cortex antérieur des îlots de Langerhans).

Les différences étaient plus prononcées chez les participants plus âgés, ce qui peut signifier que la méditation peut également compenser le déclin de la matière grise lié à l’âge. Par exemple, le cortex frontal, qui joue un rôle important en tant qu’organe exécutif central et pour la mémoire, se rétrécit généralement avec l’âge. Mais les méditants de 50 ans de cette étude y avaient la même épaisseur de cortex que les personnes de la moitié de leur âge.
Ces résultats sont conformes à ceux d’autres études. Dans l’ensemble, l’expérience de méditation (mesurée en années et le changement du rythme respiratoire, qui peut être considéré comme une mesure physiologique de la routine de méditation cumulative) était corrélée à la force du cortex cérébral dans deux zones (cortex visuel occipito-temporel et cortex des îlots).

La méditation entraîne des changements mesurables

Les sujets de la première étude étaient caractérisés par de nombreuses années d’expérience de méditation. Mais le cerveau est-il différent de celui d’une personne qui vient de commencer à utiliser de telles techniques, même de personnes n’ayant aucune pratique de méditation ? Une autre étude peut répondre à cette question comme suit : après seulement 8 semaines d’exercice de Mindfulness-Based Stress Reduction (MBSR), des augmentations de la densité de la matière grise ont été détectées par rapport aux personnes témoins, par exemple dans l’hippocampe, qui est important pour l’apprentissage, la mémoire et la régulation émotionnelle, mais aussi dans la zone des pons et de la TPJ (jonction temporo-pariétale).

Tous les participants à cette étude ont suivi un cours MBSR développé par le Center for Mindfulness de l’Université de médecine du Massachusetts. Ce MBSR combine des méditations de pleine conscience, la conscience du corps, le yoga, et l’exploration des schémas de pensée, de comportement, de sensation et d’action. Remarquable à propos de ce travail était l’observation, déjà décrite par d’autres chercheurs, que les novices en méditation connaissaient un rétrécissement de leur amygdale, qui était corrélé à la diminution des niveaux de stress des participants correspondants. Pas étonnant, car l’amygdale est une région du cerveau qui traite de la peur et de l’agression.

Êtes-vous encore en train de ruminer ou êtes-vous déjà en train de méditer ?

Ainsi, la participation au programme MBSR s’est accompagnée d’une augmentation de la densité de la matière grise dans les zones du cerveau qui sont importantes pour les processus de mémoire, la régulation des émotions, le traitement autoréférentiel et la prise de perspectives. À l’ère de l’agitation, de la concentration au travail et de la surcharge d’informations, ce sont peut-être précisément ces 15 minutes par jour qui peuvent ouvrir un peu plus de distance et une perspective différente. En plus de modifier la fonction cérébrale et d’améliorer le bien-être, les études parlent des techniques de pleine conscience comme d’un moyen facile et efficace d’accroître l’empathie et la positivité. Dans tous les domaines où les gens sont stressés, de l’école au lieu de travail, nous pourrions en utiliser davantage.




NEWSLETTER

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les dernières tendances beauté, bien-être et forme !